Enquête d’Anticor 83 : malhonnêteté intellectuelle et mélange des genres

Une fois n’est pas coutume, cette publication vise à défendre le port de Bandol d’accusations infondées portées par la branche varoise de l’association Anticor, pour laquelle nous avons pourtant le plus grand respect sur le plan national.

Anticor est une association qui porte des valeurs d’éthique et de transparence que nous poursuivons au port de Bandol. Depuis la prise de fonction de la direction actuelle de la Sogeba en février 2017, chacun peut en effet mesurer le chemin parcouru en la matière :

  • Création d’un site internet décrivant nos différentes procédures.
  • Mise en place d’une commission d’attribution des postes de 7 membres dont 3 représentants des plaisanciers et publication de ses PV sur le site internet du port. Elle est seule compétente pour l’attribution de nouveaux contrats plaisanciers.
  • Convocation du CLUPP chaque année depuis 2017. Il n’avait jamais été réuni auparavant.
  • Audit des attributions de postes irrégulières sur la période 2010-2016, révélant un grand nombre d’irrégularités.
  • Mise en place d’un formulaire avec horodatage automatique pour les demandes de places saisonnières, en escale, et pour le carénage.
  • Mise en place d’une liste d’attente pour les postes plus grands.
  • Création tout récemment d’une page « transparence » sur le site du port avec de nombreux documents téléchargeables (finances, liste d’attente, PV de commissions, fonctionnement).
  • Fin des contrats atypiques historiques du port.
  • Liste non exhaustive…

Suite à une alerte d’une association de plaisanciers bandolaise relative à l’immobilier de la Sogeba (plus d’informations ici ou encore ici pour ceux voulant connaître le fond du dossier), Anticor nous a contacté. Nous avons répondu à l’ensemble de leurs questions très rapidement, par écrit et téléphoniquement, et avons fourni l’ensemble des documents demandés sans exception, quitte à les créer lorsqu’ils n’existaient pas. Nous avons également proposé un entretien physique si nécessaire.

Nous avons par ailleurs, dans le détail et à de multiples reprises expliqué notre démarche concernant le sort de l’immobilier, que ce soit dans la presse, en conseil municipal par la voix du président de la Sogeba et bien évidemment … lors des échanges avec Anticor Var.

Quelle n’a pas été notre surprise lorsque nous avons pris connaissance de la publication d’Anticor Var un mois plus tard concernant la Sogeba.

En effet, cette publication, consultable ici, est truffée de mensonges et d’allusions inacceptables :

  • Il y est clairement sous-entendu que la gestion des biens immobiliers de la Sogeba, confiés à l’agence Orpi Vauban fin décembre 2016, serait un cadeau de Noël. Entendons donc par-là passe-droit, et pourquoi pas dessous de tables ! En réalité, il y a eu mise en concurrence de 3 agences sur ce dossier pour retenir celle ayant proposé les meilleures conditions.
  • Les comptes du port et de l’immobilier ne sont pas confondus contrairement à ce qui est écrit, mais au contraire bien distincts analytiquement. Anticor Var a eu ces comptes, il suffit de les lire. Ils sont disponibles ici et chacun peut constater cette séparation.
  • Encore mieux, les réponses apportées par la Sogeba seraient « sybillines et élusives » : nous avons répondu à toutes les questions sans exception et avons fourni tous les documents demandés avec diligence ! Que fallait-il faire de plus ?
  • Viennent ensuite deux questions qui resteraient « en suspens » mais qui ne nous ont pourtant jamais été posées. De toute manière, les réponses sont dans les documents qui ont été fournis.

Cette publication est d’une malhonnêteté intellectuelle rare et ne respecte pas l’éthique, ce qui est particulièrement grave pour une association qui a fait justement de l’éthique son fer de lance.

Nous n’entrerons pas dans le détail sur les raisons pour lesquelles Anticor 83 a adopté cette position à notre égard. Nous nous étonnons simplement que cette branche locale et son représentant partagent des publications Facebook et commentent régulièrement chez une candidate aux élections municipales à Bandol en 2015, par ailleurs opposante à la majorité actuelle. Il y a là un mélange des genres entre association apolitique promouvant l’éthique et militantisme qui nous paraît problématique.

Article précédent :
Article suivant :